Bien que nos poubelles y soient généralement très petites, la salle de bain est l’une des pièces de la maison qui génère le plus de déchets. 

En plus des mouchoirs, cotons-tiges et vieilles brosses à dents,  on y jette de multiples contenants de plastique toutes les semaines ; pots de crèmes, shampooings, tubes de dentifrice, désodorisants, produits nettoyants… Tendre vers le zéro déchet dans la salle de bain permet donc d’avoir un grand impact sur la quantité de déchets plastiques que l’on retrouve dans l’environnement, mais aussi sur notre utilisation des ressources naturelles, car, après tout, le déchet le plus écologique est bel et bien celui qu’on ne génère pas !

Pour ce faire, on vous propose d’essayer d’éliminer ces déchets à la source. Commencer à remplir vos propres contenants avec des produits en vrac, ça vous dit ? Vous trouverez ici toutes les informations utiles – bases et astuces, mythes et réalités – pour vous initier aux achats en vrac pour la salle de bain !

Que retrouve t-on en vrac ?

Tout d’abord, quels produits utiles dans la salle de bain est-il possible de se procurer en vrac? Voici une liste, détaillée, mais probablement non exhaustive, de tous les produits de salle de bain que l’on retrouve en vrac et qui peuvent convenir à toutes et tous, femmes et hommes, petit-e-s et grand-e-s!

  • Sous la douche

On retrouve du savon pour le corps, du shampooing et du revitalisant, le tout sous forme liquide, mais également en barres ! Ici, on élimine même le contenant !

  • Au lavabo

Tout comme pour le savon pour le corps, on retrouve également du savon à main en liquide tout comme en barres. On peut également retrouver du dentifrice, sous forme de pâte telle qu’on a l’habitude de le voir, mais aussi sous forme de pastilles.

  • Au miroir !

On retrouve quelques produits cosmétiques en vrac tels que des crèmes, nettoyants, démaquillants, laits corporels et baumes à lèvres, par exemple. D’autres produits d’hygiène personnelle tels que des désodorisants sont également disponibles en vrac. En fait, bien souvent, ces produits sont disponibles en vrac après avoir acheté le contenant nécessaire au remplissage une première fois.

  • À la machine à laver

Des détergents à lessive et assouplissants de toutes fragrances sont disponibles en vrac. On peut également opter pour des alternatives à ces produits, toujours en vrac ; les noix de lavage contenant de la saponine, un agent détersif naturel, par exemple. À essayer !

  • À vos guenilles

On retrouve également des produits nettoyants ; plancher, douche et lavabo, cuvette, vitres. Tout dans la salle de bain peut être nettoyé avec des produits en vrac !

  • Un peu de fantaisie !

Pourquoi pas des sels ou des bombes de bain en vrac ? De quoi se faire plaisir de manière écologique !

  • De quoi tout concevoir soi-même

Si jamais vous optiez pour concevoir vos produits de salle de bain vous-mêmes, il serait possible de trouver la plupart des ingrédients dont vous avez besoin en vrac : vinaigre, argile, cire d’abeille, beurre de karité, sel d’Epsom, même certaines huiles essentielles !

D’ailleurs, vous trouverez ici des idées de recettes à essayer .

Finalement, bien qu’il ne s’agisse pas de produits en vrac en tant que tel, il est utile de savoir que des produits zéro déchet tels que des brosses à dents et du fil dentaire compostable, des cure-oreilles réutilisables ou encore des tampons démaquillants sont souvent les voisins de tablette des produits en vrac ! Toute bonne épicerie zéro déchet, et même de plus en plus de grandes surfaces, tient ce genre de produits.

Justement, plus besoin d’aller en commerce spécialisé pour faire des achats en vrac ou des achats zéro déchet en général ! De plus en plus de grandes surfaces telles que des épiceries et des pharmacies tiennent désormais ce genre de produits, l’offre est d’ailleurs grandissante ! Informez-vous auprès des commerces près de chez vous, et n’hésitez pas à les solliciter pour qu’ils emboîtent le pas : c’est la demande qui crée l’offre !

Maintenant que vous savez ce que l’on peut retrouver en vrac, il est temps de passer à l’action!

Comment ça fonctionne, acheter en vrac ?

Tout d’abord, les achats en vrac demandent un peu de préparation, car étant donné que le but est de réduire ses déchets, on veut arriver avec ses propres contenants. Cela implique de faire une liste précise de ce que l’on souhaite se procurer…

….Puisqu’on amènera le nombre exact de contenants nécessaires ! On ne veut pas s’encombrer ou manquer de contenants !
Pour les produits de salle de bain en vrac, c’est facile de réutiliser les contenants que l’on possède déjà. Quoi de plus cohérent que d’utiliser une vieille bouteille de shampooing pour acheter… du shampooing !

En ce qui a trait aux produits secs, il est plus pratique de traîner des sacs plutôt que des contenants rigides puisque c’est beaucoup moins encombrant. Cependant, à part les savons en barre, le dentifrice en pastilles et les ingrédients secs pour la conception de produits maison, peu de produits utiles dans la salle de bain sont secs. Il n’est reste pas moins qu’encore une fois, on mise sur la réutilisation !

À noter, si jamais on oublie nos contenants, il est toujours possible de s’en procurer sur place. Il y a même des commerces qui acceptent les dons de contenants de la part des clients pour les refiler à d’autres clients qui en auraient besoin. Le zéro déchet, c’est aussi une affaire d’entraide!

Une fois sur place, la première étape consiste à peser ses contenants. À certains endroits, une balance est directement mise à disposition des clients; à d’autres, c’est un-e commis qui s’occupera de prendre le poids de vos contenants. N’oubliez pas de noter les mesures, les marqueurs sont toujours tout près!

Ensuite… on remplit! Certains produits se servent à l’aide de pompes, d’autres à l’aide de robinets. Les produits secs se retrouvent la plupart du temps dans des distributeurs ou se servent à la pelle. Pensez à identifier les produits que vous vous servez, cela facilitera grandement le paiement. Encore une fois, des marqueurs sont mis à la disposition des client-e-s pour ce faire. Pendant tout le processus, n’hésitez pas à demander l’aide des employé-e-s, elles et ils prennent grand plaisir à initier de nouvelles personnes aux achats en vrac!

Finalement, au moment de passer à la caisse, on prendra à nouveau le poids de vos contenants pour en soustraire le poids initial. De cette manière, vous que payerez que pour le contenu!

Mythes et réalités

Maintenant que vous connaissez les bases de l’achat en vrac, vous êtes peut-être déjà en mesure de défaire quelques idées préconçues, ou encore de vous rassurer sur certaines difficultés que vous anticipiez. Mais juste au cas, voici quelques mythes et réalités sur les achats en vrac!

«Le vrac, c’est trop cher»

En fait, selon les données de la Maison du développement durable, acheter un produit en vrac permettrait en moyenne d’économiser entre 10% et 30% de son prix. Pour certains produits, l’emballage peut représenter jusqu’à 65% du prix payé par le consommateur [1]!

Reconnaissons, cependant, que le prix de certains produits en vrac peut parfois être un peu plus élevé. Pourquoi? Simplement parce que, par souci du plus haut niveau d’écoresponsabilité possible, les produits en vrac sont aussi bien souvent des produits biologiques ou équitables, par exemple. Évidemment, ces produits sont un peu plus coûteux que les produits des grandes marques.

Mais, revenons à l’emballage : si le contenant d’un produit, quel qu’il soit, représente un haut pourcentage de son coût, cela s’applique aussi aux produits écoresponsables. Alors, on sait quoi faire pour économiser sur les produits bios : se les procurer en vrac! Une pierre, deux coups!

Finalement, pensons aussi que le vrac est d’une très grande utilité en ce qui a trait à la réduction du gaspillage. Acheter en vrac permet d’essayer des produits sans être obligé-e-s de s’en approvisionner en grande quantité. Il en est de même pour des recettes qui ne nécessitent qu’une petite quantité d’un produit que l’on n’a pas l’habitude d’acheter. Ça, c’est économique!

Et, justement… fabriquer ses produits soi-même, c’est encore moins coûteux! Pour des recettes de produits de salle de bain, c’est par ici.

« Il y a trop peu de choix ! »

Il est vrai que si l’on compare, par exemple, le nombre de marques de shampooing en pots et le nombre de marques de shampooing disponibles en vrac, le ratio n’est pas en faveur du zéro déchet.

Cependant, comme abordés plus haut, les produits en vrac répondent souvent aussi à des standards élevés d’écoresponsabilité. Alors si on n’a peu de choix, on a au moins la certitude d’acheter des produits de qualité, les plus éthiques et écologiques possible! On ne perd plus de temps à comparer les étiquettes et les prix!

« C’est complexe, devoir traîner ses contenants ! »

D’abord, il est beaucoup plus pratique d’opter pour des sacs – autant des sacs de plastique récupérés que des sacs réutilisables en tissu, par exemple – pour les produits secs. C’est beaucoup moins encombrant et il n’est pas nécessaire de prévoir beaucoup d’espace pour les traîner avec soi.

Toutefois, apporter ses propres contenants, n’est-ce pas comparable à utiliser des sacs réutilisables? C’est une habitude que l’on a dû acquérir, mais c’est aujourd’hui une pratique bien ancrée et bénéfique pour tous et toutes!

Et quand on y pense, vrac ou pas : des sacs d’épicerie, c’est toujours lourd au retour!

« Les magasins de vrac sont rares et inaccessibles ! »

Bonne nouvelle : il y a une augmentation constante des commerces offrant des produits en vrac! En date d’août 2020, le Circuit Zéro Déchet, un répertoire des commerces offrant des produits en vrac au Québec, comprend 454 membres, dont 84 à Montréal seulement [2].

Et de ce nombre, plusieurs sont des grandes surfaces offrant quelques produits en vrac, et pour notre grand bonheur, il s’agit bien souvent de produits de salle de bain tels que des shampooings ou détersifs à lessive, par exemple! On pense ici à des épiceries et des pharmacies qui ont réagi à l’augmentation de la demande pour des produits en vrac et qui ont décidé de faire un pas dans cette direction.

D’ailleurs, les pharmacies membres du Circuit Zéro Déchet sont souvent aussi participantes au programme Maillon Vert qui se concentre sur le virage vert des pharmacies spécifiquement [3]. Outre les produits de salle de bain en vrac, on travaille également sur la réduction de l’empreinte écologique des laboratoires. Ce faisant, plusieurs pharmacies insistent pour remplir nos propres flacons de médicaments, par exemple. N’est-ce pas une autre forme d’achat en vrac?

Dans tous les cas, pour vous aider, nous avons nous-mêmes préparé un répertoire des commerces zéro déchet de l’arrondissement, c’est par ici.

Il n’y a pas de commerces offrant des produits en vrac près de chez vous? Votre épicerie favorite n’a pas encore emboîté le pas? N’hésitez pas à aborder le sujet avec les propriétaires et gérant-e-s de ces commerces que vous voudriez encourager avec des achats en vrac. C’est la demande qui crée l’offre!

« Le vrac, ce n’est pas hygiénique ! »

C’est un mythe qui est peut-être moins courant en ce qui a trait aux produits non alimentaires auxquels appartiennent les produits de salle de bain dont il est ici question, mais il n’en reste pas moins que les commerces offrant des produits en vrac sont soumis à des règles très strictes de la part du Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ). Ces règles ont d’ailleurs été réaffirmées et reconduites sans changement même en contexte de pandémie, outre la bonification des règles sanitaires à laquelle doivent procéder l’ensemble des commerces. Autrement dit, on considère que les façons de faire actuelles quant à l’usage des contenants réutilisables pour les commerces offrant des produits en vrac correspondent tout à fait aux plus hauts standards de salubrité exigés par le MAPAQ.

Si non, pour le peu que nous avons à nous en soucier, l’hygiène dans les commerces offrant des produits en vrac dépend énormément de leurs usagers. Effectivement, une grande partie des règles sanitaires imposées à ces commerces concerne l’état des contenants réutilisables acceptés par les commerçants. À nous de jouer!

Pour plus d’information sur les règles d’hygiène en vigueur, vous pouvez consulter le résumé qu’a fait le Circuit Zéro Déchet du Guide des bonnes pratiques d’hygiène et de salubrité alimentaires du MAPAQ.

Pour plus d’information sur comment se passe l’adaptation des commerces zéro déchet à la pandémie et sur l’avenir des achats en vrac dans ce contexte, vous pouvez consulter un article de l’Association québécoise Zéro Déchet à ce sujet.

« Les produits en vrac sont moins frais ! »

Encore une fois, c’est un mythe qui concerne moins les produits utiles dans la salle de bain, mais notons tout de même que la gestion des produits en vrac se fait de sorte à assurer leur fraîcheur. Les détaillants de produits en vrac se doivent d’être très attentifs aux quantités en stock de même qu’à la taille des distributeurs et des contenants. Ceux-ci sont choisis en fonction de la vitesse à laquelle les produits sont vendus, notamment, et on y pratique une rotation des produits.

« Le vrac, c’est absolument génial ! »

Ça, ce n’est pas un mythe, c’est la réalité! Aller, t’es pas game!