Afin de partager harmonieusement la route avec les automobilistes, les piétons et les autres cyclistes, différentes règles de sécurité se doivent d’être adoptées à vélo. Certaines de ces règles sont obligatoires, d’autres sont fortement suggérées. Ce présent article synthétise les lois et les bonnes pratiques à adopter pour rendre la pratique du vélo agréable et sécuritaire pour tous-tes et chacun-e.

Réglementations : 

Accessoires de visibilité obligatoires et suggérés:

Pour avoir le droit de rouler, un vélo doit absolument être muni de différents réflecteurs :

  • 1 réflecteur blanc à l’avant du vélo
  • 1 réflecteur rouge à l’arrière
  • 2 réflecteurs (1 par roue) blanc ou jaune maintenus dans les rayons
  • 1 réflecteur blanc ou jaune sur chacune des pédales

Additionnellement, pour rouler la nuit, il faut ajouter à cette liste :

  • 1 phare blanc à l’avant
  • 1 phare rouge à l’arrière

Il est en plus recommandé de porter des vêtements équipés d’éléments réfléchissants. Un dossard de sécurité ou même des vêtements de sport comportant des bandes réfléchissantes vous rendront plus visible. Il existe également des bandes réfléchissantes à placer au niveau des chevilles [1].

Embarquez avec une résidente de l’arrondissement

[1] SAAQ. (2020). Vélo et équipements : visibilité et sécurité.

Code de la route, infractions courantes :

Les cyclistes doivent absolument respecter le Code de la route ainsi que la signalisation routière. Ce tableau issu du site internet de la SAAQ rapporte les infractions les plus courantes à vélo [2].

[2] SAAQ. (2020). Ce que dit la loi.

Cliquez pour agrandir l’image
Source
photo : SAAQ

Signalisation des intentions et virages sécuritaires :

Les cyclistes, pour leur propre sécurité, sont tenus de signaler leurs intentions. Certains signes de base sont à apprendre [1].

De même, pour effectuer des virages à gauche sécuritaires, il est recommandé par Vélo Québec d’exécuter une des deux manœuvres suivantes [2] :

  • Virage en deux étapes : Consiste à effectuer la manœuvre comme un piéton. Cette méthode est indiquées lorsqu’il y a plusieurs voies à traverser ou une circulation dense et rapide.
  • Virage en une étape : Consiste à effectuer la manœuvre comme un véhicule.  Cette méthode est indiquée lorsqu’il y a peu de circulation, une seule voie par direction, ou que la rue est en sens unique.

Cliquez pour agrandir l’image
Source
photo : SAAQ

[1] Vélo Québec. (2020). Règles de conduite à vélo.

[2] SAAQ. (2020). Bonnes pratiques à adopter.

Bonnes pratiques : 

Afin de partager harmonieusement la route avec les automobilistes, les piétons et les autres cyclistes, différentes règles de sécurité se doivent d’être adoptées à vélo. Certaines de ces règles sont obligatoires, d’autres sont fortement suggérées. Ce présent article synthétise les lois et les bonnes pratiques à adopter pour rendre la pratique du vélo agréable et sécuritaire pour tous-tes et chacun-e.

Port du casque :

Bien que le port du casque ne soit pas obligatoire pour les vélos non électriques, il est très fortement, recommandé [1].

Pour bien comprendre l’importance du casque, il faut comprendre son fonctionnement. La partie externe rigide du casque sert à répartir la force de l’impact potentiel sur l’ensemble du casque. La partie intérieure est quant à elle conçue pour se déformer afin «d’absorber» un maximum d’énergie mécanique. La combinaison de ces deux effets permet de limiter grandement les risques de fractures crâniennes lors d’un accident de la route.

Certains casques sont équipés d’une technologie additionnelle (MIPS) limitant le danger des forces de rotation sur le cerveau. Ce type de casque diminue les risques de traumas intracrâniens comme les commotions cérébrales [2].

La façon de porter le casque et son ajustement jouent également un rôle très important dans la sécurité du cycliste. Selon la SAAQ, le « casque est bien ajusté lorsque les courroies avant et arrière se rejoignent sous l’oreille et que la mentonnière n’est pas trop serrée ». De plus, le casque « ne doit ni ballotter ni tomber sur le front ou sur la nuque ».

Puisque le casque est conçu pour se déformer, après tout choc, son efficacité n’est plus garantie. Il faut alors s’équiper d’un nouveau casque[3].

Il est aussi important de rappeler que la plus grande protection sur la route est la prudence. Le port du casque n’est pas une permission pour faire des manœuvres dangereuses.

[1] SAAQ. (2020). Une tête un casque.

[2] MIPS. (2020). How it works.

[3] Bicycle Helmet Institute. (2019). Helmets: How they Work, and What Standards Do.

Habitudes sécuritaires :

Certaines habitudes méritent d’être prises afin de rouler en ville de manière sécuritaire [4] [5].

En voici une liste non exhaustive :

  • Porter un casque
  • Prioriser les pistes cyclables dans son itinéraire
  • Rouler entre 15 km/h et 20 km/h pour avoir le temps de réagir
  • Maintenir la droite sur une route sans piste cyclable
  • Être attentif aux voitures stationnées et aux portières sournoises
  • Rouler en ligne droite pour maintenir une trajectoire prévisible
  • Avoir des outils de base sur soi dans le cas où une pièce se desserre
  • Porter des lunettes de soleil si la lumière du jour est intense
  • S’équiper de rétroviseurs et d’un dispositif sonore (sonnette/klaxon)
  • Systématiquement vérifier l’état du vélo avant de l’utiliser (pneus, freins, chaîne, etc.)
  • Avoir une bouteille d’eau pour rester hydrater lors de longs trajets

[4] Vélo Québec. (2020). Règles de conduite à vélo.

[5] SAAQ. (2020). Bonnes pratiques à adopter.

Trucs pour contrer le vol

L’industrie du vol de vélo est, semble-t-il, une entreprise florissante sur l’île de Montréal. Nous vous présentons une succession de réponses aux questions les plus courantes concernant la protection de votre bolide [1] [2].

Quel type de cadenas est le plus sécuritaire?

Aucun cadenas n’offre une protection infaillible. Au contraire, la plupart des cadenas sont destructibles en quelques instants avec les bons outils. Ce qui fait la force d’un cadenas est donc le temps nécessaire qu’il faudrait pour le briser et l’indiscrétion qu’amènerait la manœuvre.

Les câbles incarnent le pire du cadenassage. On peut les couper en quelques secondes et dans la plus grande discrétion.

Les chaînes offrent une bonne protection, mais ont leur lot d’inconvénients. Leur résistance dépend par exemple de la qualité du petit cadenas qui relie les deux maillons des extrémités, mais aussi de la qualité du métal. Un acier dit renforcé offrira une protection adéquate, mais son poids est considérable par rapport aux autres types de cadenas.

Les cadenas en U représentent la meilleure protection sur le marché. Pour les briser, il faut utiliser des scies à métaux qui sont fort bruyantes et qui attirent beaucoup l’attention. Même avec le bon outil, le temps de bris est assez grand pour décourager la plupart des voleurs.

On peut évidemment combiner deux cadenas pour sécuriser l’ensemble du vélo et doubler le temps nécessaire au vol.

Comment bien barrer son vélo ?

La plupart des roues avant se déboulonnent en quelques secondes. On voudra donc barrer la roue avant avec le cadre et un point d’ancrage. En combinant deux cadenas, on peut venir sécuriser chacune des roues avec le cadre, cette protection est évidemment plus efficace.

Comment choisir un bon emplacement pour cadenasser son vélo ?

Le processus de vol prend de l’outillage et du temps, plus le vélo sera à la vue des gens, plus il est en sécurité. Les endroits moins fréquentés ou cachés sont à éviter. Le point d’ancrage aussi doit être solide. Par exemple, il faut éviter les clôtures en treillis qui se découpent facilement.

Comment s’assurer de ne pas se faire voler des pièces ?

Un bon truc est de remplacer toutes les déclenches rapides sur le vélo par des boulons. Quelqu’un qui déboulonne un siège sur un vélo barré attirera forcément l’attention.

[1] Pro Vélo. (2020). Les Cadenas.

[2] Vélo Québec. (2020). Trucs et conseils pour éviter le vol.

Vous débutez et aimeriez connaître quelques astuces de mécanique vélo? Accédez à notre boîte à outils ici.

Julien – Bénévole