Trop c’est trop

Lors de mon dernier déménagement, j’ai constaté avec un peu d’amertume que malgré toutes mes bonnes intentions écologiques, j’avais encore un peu de chemin à faire, notamment pour réduire le nombre de bouteilles en plastiques dans mes étagères de salle de bain.

Je suis le genre de personne qui part pour une longue promenade d’été, qui oublie sa crème solaire et qui s’arrête en acheter à la pharmacie du coin. Résultat : au moins 4 bouteilles à peine entamées, que je n’utiliserai plus jamais, car les filtres UV chimiques à l’intérieur ont malheureusement fini par me provoquer une réaction allergique assez sérieuse.

On ne peut pas être parfait, c’est ce que je me répète souvent. Pour alléger mes boîtes, ma conscience et mon portefeuille, j’ai décidé de fabriquer, peu à peu (et dans la mesure du possible) certains de mes produits de salle de bain.

Aujourd’hui, j’ai remplacé mon déodorant chimique par une pierre d’alun sans hydroxyde d’aluminium et j’ai un petit pot de déodorant maison en rab’ si l’envie de changement me prend. J’ai pris l’habitude de fabriquer ma lessive et de nettoyer mes vitres au vinaigre blanc. J’ai adopté la coupe menstruelle et les culottes de règles confortables (LIEN NIVEAU 3). J’ai trouvé des cotons-tiges compostables, j’ai une collection d’huiles essentielles pour guérir les petits bobos et j’ai toujours un pot d’huile de coco pour apaiser ma peau et hydrater mes cheveux. Aussi, j’ai une jolie collection d’éponges écologiques fabriquées avec du vieux linge. Suivez les liens pour voir nos vidéos DIY !

Prochaine étape ?

Troquer le tube de dentifrice industriel pour un dentifrice maison, faire mon shampoing en barre et trouver une bonne recette de beurre corporel hydratant et hypoallergène (pu capab’ des réactions allergiques et des rougeurs sur le visage).

J’ai de la chance, il y a quand même plusieurs magasins qui vendent les matières premières et donnent des dizaines d’astuces et de recettes pour fabriquer des produits cosmétiques sans danger. J’ai noté ici quelques ressources bien connues dans Rosemont—La Petite-Patrie  Les mauvaises herbes (c’est la boutique des Trappeuses), La Coop Coco, La réserve naturelle, Tonic

Il y a beaucoup d’autres boutiques semblables à celles-ci sur l’île de Montréal. Grâce à la carte interactive du circuit zéro déchet, c’est facile de les repérer.

2020, ça rime avec salle de bain… non ?

Bonne chance !!!

Des idées de produits à fabriquer soi-même ?

Détergent à lessive, nettoyant tout usage, nettoyant à vitres, shampoing en barre, dentifrice, déodorant, teinture végétale, antimoustique, shampoing sec, masque gommant, beurres hydratants pour le corps, maquillage, baume à lèvres, etc.

D’autres idées ? Partage-les avec nous, nous serons heureux de les faire circuler!