Saviez-vous qu’au Québec, près de la moitié des matières résiduelles envoyées au dépotoir
sont des matières organiques,
souvent des résidus alimentaires?

Le problème?

C’est qu’en fait… les matières organiques étant entassées parmi des tonnes de déchets, le processus de décomposition se fait sans oxygène (anaérobie), ce qui génère la production de gaz à effet de serre (GES) comme le méthane (CH4), qui est 25 fois plus nocif que le dioxyde de carbone (CO2).

Il faut également savoir qu’au rythme actuel, les sites d’enfouissement au Québec pourraient atteindre leur capacité maximale d’ici 2029, ce qui engendrera des coûts très importants car on aura besoin de trouver de nouvelles solutions. Ces solutions devront être plus durables puisque reproduire le schéma actuel ne ferait que repousser le problème à plus tard.

Que faire?

Afin de freiner la production de gaz à effet de serre (GES) et donc le réchauffement climatique,  chacun devrait considérer réduire sa propre production de déchets et revoir ses habitudes de consommation. Considérant que plus de 5 millions de tonnes de matières résiduelles sont produites annuellement par les Québécois-es (2018), il est évident qu’un changement dans les habitudes des citoyens-nes est nécessaire. Il faut davantage nous investir dans la réduction du gaspillage alimentaire et chercher des solutions afin de réduire notre propre production de déchets domestiques.

Le retour à la terre, l’une des solutions à envisager

Une foule de matières organiques mises aux ordures pourraient en fait être compostées et ainsi retourner naturellement à la terre. Une fois ces matières organiques rassemblées, des micro-organismes s’activent et utilisent l’oxygène présent dans l’air afin de transformer ces rebuts en une matière riche servant à améliorer la santé et fertilité du sol : le compost. Il existe 2 façons de faire si vous désirez incorporer cette pratique à votre mode de vie.

L’utilisation de votre bac brun – la collecte municipale

C’est la solution la plus simple. Elle requiert peu de manipulation. Il faut juste trier ses résidus alimentaires et les placer dans le bac brun. Pour savoir ce qui va dans le bac brun et ce qui n’y va pas, lisez cet article! Un grand nombre de municipalités participent au mouvement en distribuant des bacs (de comptoir et bruns pour l’extérieur) et en assurant la collecte à chaque semaine.

Pour savoir si votre municipalité offre ce service, consultez le site de Recyc-Québec : https://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/citoyens/matieres-organiques/collecte-municipale

*Certaines municipalités distribuent du compost gratuitement ou à petit prix au printemps. Restez informés-es!

Faire son propre compost avec un composteur 

Si vous avez accès à un terrain à la maison, vous pourriez penser à investir dans l’achat de votre propre composteur. Cette option demande un peu plus d’implication que l’option précédente, mais vous permettrait d’avoir du compost à disposition pour fertiliser votre sol et votre jardin. Pour savoir comment utiliser un composteur domestique, lisez cet article

Andréa – Bénévole